Le pari (un peu) fou d’un tour de France à Métrovélo

Vous l'avez peut-être croisé cet été sur les routes de France ou en décembre dernier en route vers la COP21 sur son cycle jaune de la Métrovélo ?

Olivier Belpalme est un cycliste engagé qui brave les kilomètres, la fatigue et la météo pour porter son message en faveur des déplacements doux.

Il nous livre ce qu'il a retenu de ces deux expériences et ses projets à venir.

 

 

 

Olivier Belpalme visite Arcade Cycles Juin 2015AC: D'où vient ce projet de réaliser un Tour de France à Métrovélo ?

 

Olivier Belpalme : Dans mon activité professionnelle - je suis chauffeur de bus à la Semitag qui gère les transports en commun de l'agglomération grenobloise - je constate régulièrement des bouchons, notamment en direction du CEA Grenoble.


Le plus désolant c'est que la plupart des voitures coincées ne transportent qu'une personne !

 

Je me suis dit qu'il fallait inciter plus de gens à prendre leur vélo pour se rendre au travail et pour attirer l'attention, j'ai décidé de faire un Tour de France avec le vélo en location à Grenoble.


J'ai proposé mon projet aux élus, notamment à Christophe Ferrari, président de la Métro (agglomération grenobloise) et Yann Mongaburu Président du SMTC et vice-président aux déplacements à la Métro et bien sûr à vous Arcade Cycles, constructeur du fameux vélo.

 

Encouragé par ces soutiens, j'ai pris la route le 1er juin et réalisé mon Tour de France en 4070 kilomètres et 42 jours. A Grenoble, c'est peut-être lié à mon périple, mais en juillet Métrovélo a constaté un boom de +30% sur les locations de vélos...

 

 

AC: Quels souvenirs gardez-vous de ce Tour de France ?

 

Olivier Belpalme : J'ai beaucoup de bons souvenirs sur ce parcours ; surtout de bons moments partagés comme à l'arrivée sur la côte Atlantique ou lors de la traversée de l'estuaire de la Gironde ou encore le passage sur le pont de l'Ile de Ré, etc.

L'un des grands moments reste l'arrivée au Mont Saint-Michel !


Il y a eu quelques moments moins faciles comme ce matin de juillet où je suis parti de Strasbourg pour franchir le col du Donon (727 m.); j'étais malade, j'avais soif en permanence... dure journée !

 

 

AC : En décembre, vous avez rejoint le site de la Cop21 à vélo depuis Grenoble avec quel objectif en tête ?Olivier Belpalme au pied de la Tour Eiffel lors de son périple Grenoble - Paris à Métrovélo en décembre 2015

 

Olivier Belpalme : Mon objectif était un peu plus « politique » car je souhaitais sensibiliser les dirigeants au développement des infrastructures dédiées aux déplacements propres. Vu le contexte, je n'ai pas pu les approcher.


Mais même à la Cop21, j'ai pu constater que la place du vélo n'était pas facilitée : pas d'accueil spécifique, pas de parking sécurisé, sur le trajet pas de fléchage indicatif, pas ou peu de pistes cyclables, des automobilistes peu habitués à partager la route, etc.


Au Bourget, j'imaginai quelque chose de révolutionnaire, l'exposition de progrès technologiques pour remplacer le pétrole mais j'ai surtout vu beaucoup de conférences ! Pour cette opération, mon bilan est plus mitigé.

 

 

AC: Un mot sur le Métrovélo, votre « fidèle destrier » ?

 

Olivier Belpalme : Après quelques milliers de kilomètres, je peux vous confirmer que c'est un vélo confortable, avec une bonne position assise.
Il peut même se montrer être nerveux en 1ère vitesse.

Son poids n'est pas un problème car les vitesses sont adaptées et passent très bien ; il est avant tout bien conçu et pour les spécialistes, « très roulant ».
La seule modification que j'avais apportée au modèle Métrovélo* d'origine, c'est de l'équiper de pneus Schwalbe.

 

Arcade Cycles : Peut-on parler de vos projets ?

 

Olivier Belpalme : Je pense à faire la traversée des USA à vélo, peut-être avec d'autres passionnés s'ils sont tentés.
Ou encore un vrai Tour de France avec une équipe par ville proposant un service de VLS (Vélo en Libre-service)... avec départ de Grenoble, bien évidemment !

 

 

Propos recueillis et rédigés par Catherine Brillet

 

Pour aller plus loin :