Les outils numériques utiles aux politiques cyclables

Aménagements, stationnement, sécurisation des accès, etc.

Quel rôle peut jouer le numérique dans l'élaboration et le suivi d'une politique cyclable ?

Analyse de pratique avec l'exemple de Nantes Métropole.

 

 

Labellisée French Tech en 2014, Nantes Métropole s'apprête à lancer la 3e édition de la Digital Week.

 « Sur notre territoire, le digital diffuse une agitation très positive. Les déplacements et notamment ceux effectués à vélo n'échappent pas à ces nouvelles façons de décider et de communiquer », indique Jaques Garreau, vice-président en charge des déplacements doux, continuités piétonnes, handicap.

 

 

Outils existants et en devenir

Jacques Garreau vice-président Nantes Metropole

 

« L'agglomération a engagé un plan vélo doté de 50 millions d'euros avec pour objectif de faire grimper la part des déplacements à vélo de 3 à 12% en 20301.

 

Nous nous appuyons sur de multiples outils pour mesurer, analyser et intégrer les usages dans nos choix en faveur des mobilités douces ».

 

Développer des solutions innovantes c'est notamment l'objet de « mySMARTLife » projet commun porté par Nantes Métropole, Helsinki et Hambourg.


« Récemment sélectionné par la commission européenne dans le cadre du programme de soutien à l'innovation Horizon 2020, ce projet nous permettra entre autres de tester et mettre en œuvre des solutions innovantes en matière d'électromobilité (bus, véhicules et vélos électriques) sur tout le territoire », se félicite Jacques Garreau.

 

 

Une quantité de données... à homogénéiser

 Boucles de comptage vélos Nantes Metropole

« Autour de l'exploitation et de l'utilisation du vélo, nous récupérons une énorme masse d'informations, indique Hadrien Bedok, chef de service déplacements doux. Des boucles automatiques installées sur les pistes cyclables font remonter de précieuses données de comptage. 

 

Depuis une dizaine d'années, elles nous permettent de dresser un panorama de la fréquentation, de mesurer l'impact de la météorologie, etc. C'est un système fiable et capable de faire la différence entre vélos et deux-roues motorisées ».

 

Autre source de données, celles des opérateurs de stationnement (Effia, NGE) louant des vélos en longue durée, par l'exploitant du réseau TAN proposant un vélo pliant aux utilisateurs des transports en commun et des box sécurisés dans les parkings relais P+R.

 

Le système de vélo en libre-service Bicloo livre également des chiffres (nombre de trajets par jour, fréquentations des stations, horaires d'utilisation, etc.).

 

« Certaines de ces données sont disponibles en open-data, d'autres pas encore du fait de leur complexité, précise Hadrien Bedok. Pour l'avenir, nous travaillons à un observatoire des déplacements pour les homogénéiser et optimiser leur utilisation ».

 

 

Des habitants appelés à la co-construction des données

 

Nantes dans ma poche

 

Lancée en mars 2016, l'application mobile « Nantes dans ma poche » vise à faciliter la ville au quotidien par des services personnalisables, des alertes et des informations géolocalisées (ex. consigne vélo, parking collectif sécurisé à proximité).

 

Avec cette application, les nantais peuvent aussi faire remonter les soucis rencontrés sur la voie publique :

 

« Cette application compte déjà 50 000 utilisateurs, indique Julie Swartvagher chef de projet innovation numérique.

 

Elle est utilisée par les cyclistes pour signaler des défauts de signalisation, une détérioration sur la chaussée, etc. L'information est transmise directement au pôle de proximité concerné, ce qui permet de faire rapidement intervenir les agents ».

 

Un appel à la participation des habitants a été lancé en 2015, lors d'une cartopartie mise en place pendant la deuxième édition de la Digital Week. Organisée en partenariat avec l'association Place au vélo Nantes et Open street map France, des cyclistes ont recensés les appuis vélocarte mobilites nocturness. Les données collectées sont accessibles sur le site Open Data de Nantes Métropole.

 

Autre application mobile, la « Carte des mobilités nocturnes » pour mieux connaître les modes de déplacement des noctambules.

 

Les informations recueillies sur un petit échantillon ont permis de confirmer les polarités de la vie nocturne et d'évaluer une part importante des trajets effectués en vélo de minuit à 6 heures du matin.

 

Enfin, la métropole a participé à la dernière édition de l'European Cycling Challenge. Une forte mobilisation a permis de multiplier le nombre de kilomètres parcourus et renseignés sur une application mobile par les cyclistes engagés.

 

« Nous avons récupéré un volume de données intéressant, fait remarquer Hadrien Bedok. Elles nous permettront d'identifier les itinéraires les plus utilisés pouvant nécessiter des aménagements ».

 

 

Propos recueillis et rédigés par Catherine Brillet

 

 

Notes

1 dans la centralité métropolitaine, la part modale du vélo est de 6%

 

Pour aller plus loin

Nantes Digital Week : du 15 au 25 septembre 2016, 200 événements grand public et professionnels pour découvrir les cultures numériques.